Un produit personnalisé pour votre coco? On le fait.
Blogue

Les dessous de Cocos Bois

Je m’entends parler dans ses jeux imaginaires

J’ai longtemps trouvé que notre premier coco était doté d’une imagination des plus fertiles! Il m’impressionnait en utilisant n’importe quoi pour se créer toutes sortes d’histoires fort captivantes. Or, un jour, une amie oeuvrant au secteur de la petite enfance m’a rappelé que « les enfants ont l’imagination que nous leur mettons dans la tête ». Dès lors, je suis devenue plus attentive au monde fantastique de mon coco pour, finalement, constater le bien-fondé de son dire.

 

Dans le fond, leur imagination provient de leur quotidien, des films que nous leur proposons, des activités qu’ils font, des histoires que nous leur racontons. Nous tentons d’ailleurs de les nourrir avec les histoires du Père Noël, du Bonhomme 7 heures, de la Fée des dents…Tout ça pouvant éventuellement servir de support à leurs propres créations.

 

Ici, je te livre une histoire farfelue… qui me plaît… et qui corrobore mon mode de pensée actuel! Juste avant d’écrire ce texte, je suis allée en randonnée avec mes 2 cocos dans le secteur des parois en montagne près de chez nous. Au retour, durant une période de jeux libres, mon plus vieux coco s’amusait avec des petites autos qui voyageaient… vous devinez où? Dans les parois! De l’imagination, assurément, puisqu’aucune voiture ne pourrait passer par le chemin que nous avons emprunté. C’est là un bel exemple de mélange entre ses intérêts, son univers et son vécu.

 

En contrepartie, il arrive que son imaginaire devient, selon ma perception, plus négatif. Il joue à faire des pow-pow, des jeux de bataille un peu trop violents à mon goût. Il arrive même, à l’occasion, que je m’entende parler dans ses discours! Même ton… et revendications par surcroît! Adhérant désormais à l’idée que son imagination est constituée en partie de ce que je lui propose, j’ose parfois penser qu’il est trop exposé à la violence à la télévision. Ou peut-être même qu’il vit de la frustration à notre égard, frustration exprimée via ses jeux imaginaires. L’attention portée à ces jeux permet de recevoir des signaux qui nous aident à améliorer nos comportements de parents et guider nos actions auprès de l’enfant.

 

Tout ceci renforce chez moi l’idée qu’il est important d’entourer les enfants d’un bon cadre de développement. Capter l’univers imaginaire de l’enfant nous ouvre une fenêtre sur son vécu. Quoi de mieux alors que de lui offrir, dans un premier temps, une écoute active pour qu’il puisse se révéler et, dans un deuxième temps, des moyens d’expression adaptés? Y contribuent les jeux de rôle, les dessins, la peinture, la magie, les histoires… Le processus est différent pour chaque enfant et évolutif dans le temps. En ce moment, pour le plus vieux coco, j’observe davantage son imagination via les jeux avec des figurines qu’il met en scène.

 

Je te remercie de ta lecture et de ton intérêt envers les produits québécois faits à la main.

Si tu veux quelques idées pour l’accompagner dans l’expression de son imagination
La boutique

Partager l'article sur :

Vanessa Tremblay

« La plus haute montagne à gravir est celle de la connaissance de soi et de s’en détacher. »

Exprimez-vous!